Université Dauphine
La chaire » Actualités de la chaire » Table-ronde « Expertise, norme et représentation de la performance »

Table-ronde « Expertise, norme et représentation de la performance »

Olivier Charpateau, co-Directeur scientifique de la chaire EGE, a participé le 6 juin dernier à une table-ronde intitulée « Expertise, norme et représentation de la performance », au Conservatoire National des Arts et Métiers.

6 juin 2016

Olivier Charpateau était invité à parler des enjeux éthiques. 

Expertise, norme et représentation de la performance

La figure de l’expert apparaît à la fois essentielle et ambigüe dans le «jeu» qui s’est engagé entre expertise et norme. L’implication personnelle de l’expert tend en effet à s’effacer au profit d’une pratique collective de l’expertise fondée sur un consensus normatif, rassurant à la fois pour les théoriciens et les praticiens,mais parfois contesté par ceux qui en sont –ou croient en être–exclus.

Ainsi le contrôle des activités par l’expert procède d’une représentation rationalisante de la décision, excluant les actions hors norme; l’efficacité de la norme et de celui qui l’applique ou la fait appliquer tend à devenir une donnée de principe, qui par définition n’est pas ou n’est plus à prouver. L’expert se trouve donc placé au cœur d’une tension entre la modélisation par les normes liée à la généralisation des procédures, et le caractère singulier de chaque action, produisant un effet démultiplicateur des définitions et des normes, dont les effets cumulatifs et parfois anxiogènes contribuent à la critique d’un système pourtant théoriquement vertueux.

Dans ce «jeu» entre expertise et norme, le risque encouru par l’expert est de perdre la finalité éthique de son action par la bonne conscience du respect de la norme.La représentation de la performance se trouve également exposée au processus normatif, qui s’il est trop restrictif, peut potentiellement la déformer et, par voie de conséquence,modifier l’appréciation de l’expert dans son domaine de compétences.

La prise en compte tant des aspirations des parties prenantes,que de l’incidence des facteurs historiques et socioculturels associés au concept de territoires, dans l’élaboration des normes, leur mise en œuvre et le contrôle de leur application, s’avère un enjeu décisif pour leur reconnaissance, leur compréhension et leur assimilation,dans un mouvement normatif qui semble difficilement réversible.